mercredi 24 août 2016

Étape 15: Col de Rebollion

Étape 15: Bernex - Novel, 18 kms en 8h30 sans les pauses repas.

Départ de bon matin du haut du télésiège de pré-Richard. Le chemin est boueux... Montée rapide au Col des boeufs, et je me fais la montée du Mont-Baron. J'arrive au sommet pile au moment où le soleil comment à l'éclairer.







Puis je redescends, car je veux attaquer la montée sur la tête des Fieux pendant qu'il ne fait pas trop chaud. J'ai mis 5 min de moins que les panneaux indicateurs pour le Mont Baron, et je veux continuer sur ma lancée. Je met aussi 5 min de moins pour monter cette arrête.



J'y réussi, youpie. Normalement je suis bien plus lente. Le fait de n'avoir qu'un petit sac et qu'il ne fasse pas trop chaud aide sans doute.

Direction le chalet vert, puis le Col de la case, d'où on a une vue superbe sur le Mont-Blanc.



Le chalet d'Oche est décevant, donc je continue.



Direction Col de Rébollion. Je ne monte pas au sommet, car je ne veut pas rajouter 2 heures aller et retour à mon trajet.

Au Col : 😨 la descente est raide ! Le guide le décrit comme difficile, et c'est vrai... D'autant plus que l'herbe vient d'être coupée, et que c'est encore humide, car à l'ombre. Je me fait assaillir de mouches, et dois rester stoïque, car j'ai besoin de mes 2 mains !



Bon le pire est passé et je me fait une petite pause repas avant la descente. Le Col de Neuva est facile, puis c'est la descente. J'ai les pieds vermoulus par mes chaussures déjà trop petites - mes pieds ont grandi de 2 tailles depuis que je marche !





Arrivée à Novel avec presque 1000 m de dénivelé négatif en continu dans les pattes, je constate que les balcons du Léman continuent sur Suisse, alors que j'ai entré le GR 5 dans le GPS. Effectivement, la carte IGN ne montre plus le balisage des sentiers sur Suisse.

Je pensais finir bientôt ce tour du lac, mais j'ai tellement aimé aujourd'hui que je le réjouis d'avoir une nouvelle étape à planifier ;)

lundi 15 août 2016

Étape 14 : Faux départ...

Étape 14 : Chevenoz - Bernex, 9,5 kms



Réveil matinal, mais nous mettons beaucoup trop de temps pour lever le camp, et attaquer la montée. Le spectacle en vaut la peine, pourtant !





Première vue sur le lac, toujours ces spirales ...

Deuxième montée jusqu'au pied du mont Baron, puis après le Col des boeufs, 3ème pente... Et là, la difficulté de la balade change vraiment de niveau !

La vue depuis la Tête des Fieux vaut son pesant de cacahouètes, mais les
randonneurs sont nivelés... Une pause s'impose. D'ailleurs les autres personnes que nous croisons qui font le GR5, avec leur lourds sacs à dos, ont aussi l'air de souffrir de la chaleur. Mais c'est vrai que cette grande traversée des Alpes posait faire envie !





Déjeuner en charmante compagnie ;)

Par prudence, nous décidons ensuite de redescendre sur Bernex.


Il y aura une nouvelle tentative, bientôt !

Étape 13 : Mont d'Hermone

Étape 13 : Col du Feu - Le Cret, 21,8 kms pour 8 h sans les grandes pauses.

Panne d'oreiller ce matin = départ tardif. Nous n'arrivons au col du Feu que vers 11 h du matin... La première montée est donc laborieuse, mais quand je vois des familles avec de tout jeunes enfants faire le chemin de croix, ça me détend un peu. Je suis lourdement chargée aujourd'hui : 4 lt d'eau, de la nourriture pour 2 jours, sac de couchage et tapis de sol, plus pyjama pour dormir à la belle... Car il s'agit de s'entraîner et aussi de tester le matériel (mais je n'ai pas encore reçu ma tente). Le poids change tout de suite la donne !

Traversée des Monts d'Hermones : c'est là que nous apercevons, pour la première fois depuis la rive sud, un panorama du lac presque entier, il n'y a que le Bouveret qu'on ne voit pas...



Repas de midi sur la montagne des soeurs, c'est superbe.

Puis ça descend. Fort, puisqu'on perd presque 700 m en 2,5 kms, pour traverser la Dranse.







Bien entendu, va remonter raide de l'autre côté. Du coup, nous sommes contents d'être partis tard, sinon nous aurions dû faire cela sous le cagnard...

Il y a une dernière descente pour traverser l'Ugine, puis une dernière montée sur Chevenoz. Juste t'aider comme il faut pour nous achever à la fin de la journée. Cette étape était courte, mais le profil de marche ajoute beaucoup en difficulté !

Pour la forme, nous ajoutons encore 2kms pour aller chercher de l'eau au village, et un km de montée pour installer notre bivouac sur un joli pré avec vue.

Ça fait du bien de se poser. On voit se lever les étoiles et se coucher la lune.

vendredi 12 août 2016

Étape 12 : Mont Forchat !

Étape 12 : Saxel - Col du Feu, 19,6 kms, 7h sans la pause repas, + env. 3 kils à Thonon.

Départ matinal de Saxel, direction Supersaxel. C'est agréable de marcher dans les bois de bonne heure, il fait frais, mais j'ai ma nouvelle chemise. Car aujourd'hui j'inaugure mon nouveau matériel coordonné. J'ai vu tellement de photos de hikers avec tous leur matériel assorti, ça m'a donné envie ;) (Non, en fait c'était les soldes, mais faut pas dire...)



Donc aujourd'hui, je suis en vert, nouvelle chemise, et nouveaux souliers de rando...

Une fois un peu dérouillée, je trouve assez facilement mon rythme. Je suis d'humeur philosophe, aujourd'hui. Comme mon GPS semble avoir décidé que la seule échelle qu'il afficherait aujourd'hui serait 1cm = 1000kms, je me rabat sur la navigation papier. Ça m'evoque toutes sortes de réflexions sur notre dépendance à la technologie, puis je dévie sur les rapports hommes femmes, le patriarcat, etc. Bref, cela me fait le plus grand bien d'être seule avec moi-même.

À la tête du char (qui n'est pas un sommet, mais dans un creux), il y a des travaux d'aménagement du sentier.





C'est intéressant de voir la réfection du sentier.

J'arrive au Col de cou juste avant midi, et vu que j'ai peu de provisions, m'arrête au gîte. Il n'y a pas vraiment de petite restauration, alors je me prends une terrine, mais c'est cher pour ce que c'est, et assez lourd.

Après ça, il s'agit de faire un re-démarrage en côte, c'est raide et il fait chaud, et je regrette de n'avoir pas insisté pour "juste un sandwich".



Le sommet de l'aiguille. Puis un chemin agréable sur la crête. Descente sur le col des Moises, puis il faut attaquer la montée sur le Mont Forchat. C'est l'heure la plus chaude, et c'est raide. Toutes les excuses sont bonnes pour s'arrêter, par exemple prendre des tas de photos.

Enfin reussi à immortaliser un papillon 





La forêt dégage une ambiance magique, et au détour du sentier...


Le Mont Forchat... (ahh! C'est encore plus raide!)

Je suis au sommet a 15:00. C'est beau.





Après quoi, il faut bien se décider à redescendre! Là, le sentier est large et dégagé, et il y a soudain plein de monde. C'est la ballade des familles, à voir.










À 700m du col, mon genou me tue. Je dois m'arrêter pour mettre une genouillère. Par contre, une fois que j'y suis, je n'ai pas le temps de ranger mon téléphone que la première voiture arrive, et m'emmène au bas du col. Là, à peine ai-je fait 100 mètres qu'une nouvelle voiture m'emmène jusqu'à Thonon. Je traverse la ville à pieds, et ai encore le temps de me prendre une granita avant d'aller prendre le bateau.

Vous souhaite un magnifique week-end ensoleillé !