vendredi 12 août 2016

Étape 12 : Mont Forchat !

Étape 12 : Saxel - Col du Feu, 19,6 kms, 7h sans la pause repas, + env. 3 kils à Thonon.

Départ matinal de Saxel, direction Supersaxel. C'est agréable de marcher dans les bois de bonne heure, il fait frais, mais j'ai ma nouvelle chemise. Car aujourd'hui j'inaugure mon nouveau matériel coordonné. J'ai vu tellement de photos de hikers avec tous leur matériel assorti, ça m'a donné envie ;) (Non, en fait c'était les soldes, mais faut pas dire...)



Donc aujourd'hui, je suis en vert, nouvelle chemise, et nouveaux souliers de rando...

Une fois un peu dérouillée, je trouve assez facilement mon rythme. Je suis d'humeur philosophe, aujourd'hui. Comme mon GPS semble avoir décidé que la seule échelle qu'il afficherait aujourd'hui serait 1cm = 1000kms, je me rabat sur la navigation papier. Ça m'evoque toutes sortes de réflexions sur notre dépendance à la technologie, puis je dévie sur les rapports hommes femmes, le patriarcat, etc. Bref, cela me fait le plus grand bien d'être seule avec moi-même.

À la tête du char (qui n'est pas un sommet, mais dans un creux), il y a des travaux d'aménagement du sentier.





C'est intéressant de voir la réfection du sentier.

J'arrive au Col de cou juste avant midi, et vu que j'ai peu de provisions, m'arrête au gîte. Il n'y a pas vraiment de petite restauration, alors je me prends une terrine, mais c'est cher pour ce que c'est, et assez lourd.

Après ça, il s'agit de faire un re-démarrage en côte, c'est raide et il fait chaud, et je regrette de n'avoir pas insisté pour "juste un sandwich".



Le sommet de l'aiguille. Puis un chemin agréable sur la crête. Descente sur le col des Moises, puis il faut attaquer la montée sur le Mont Forchat. C'est l'heure la plus chaude, et c'est raide. Toutes les excuses sont bonnes pour s'arrêter, par exemple prendre des tas de photos.

Enfin reussi à immortaliser un papillon 





La forêt dégage une ambiance magique, et au détour du sentier...


Le Mont Forchat... (ahh! C'est encore plus raide!)

Je suis au sommet a 15:00. C'est beau.





Après quoi, il faut bien se décider à redescendre! Là, le sentier est large et dégagé, et il y a soudain plein de monde. C'est la ballade des familles, à voir.










À 700m du col, mon genou me tue. Je dois m'arrêter pour mettre une genouillère. Par contre, une fois que j'y suis, je n'ai pas le temps de ranger mon téléphone que la première voiture arrive, et m'emmène au bas du col. Là, à peine ai-je fait 100 mètres qu'une nouvelle voiture m'emmène jusqu'à Thonon. Je traverse la ville à pieds, et ai encore le temps de me prendre une granita avant d'aller prendre le bateau.

Vous souhaite un magnifique week-end ensoleillé !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire