lundi 12 septembre 2016

Étape 17 : Nocturne

Étape 17 : Le Bouveret - Vevey. 4h20 pour 21,1 kms.

Cela faisait quelques temps que j'envisageais une étape en fin de journée pour ce trajet. 20 kils à plat, au bord du lac, dont la plus grande partie sur du goudron... pas en plein soleil, non.

Après une après-midi au bureau de Vevey, me voici dans le train pour Villeneuve, où j'ai juste le temps d'attraper un pic-nic avant de sauter dans le bateau pour le Bouveret.

Traversée courte et agréable à bord du Vevey restauré. Il est superbe !









Arrivée au Bouveret, je me met en route sans tarder. Un mur blanc de pluie s'avance dans la plaine du Rhône.

Le Muveran ? Sana doute derrière ces nuages...


Je longe le Rhône, et une fois traversé, me fait assaillir de moustiques. Les montagnes prennent une teinte rosée.

Dans la forêt, il fait parfois vraiment sombre. Je longe le vieux Rhône au crépuscule.

Je viendrais ancrer ici, une fois, mais jamais sans mon anti-moustiques!


La nuit tombe alors que je traverse les Grangettes. De plus, la brume s'élève qui floue encore un peu plus la vision. Je passe en mode elfe de la nuit/nyctalope.
Je me dis que ce serait parfait pour aider quelqu'un à dépasser ses peurs, ce sentier. Les seules lueurs sont parfois celles des éclairs. D'ailleurs, vers la fin, je devine, de mon être animal, plus que je ne vois le sentier.

J'aurais mis une heure cinquante jusqu'à Villeneuve à l'embarcadère. Il fait nuit désormais. Je m'habitue mal au goudron.
Près de Veytaux, petite pause énergétique, car je commence à caler. Après avoir croqué la pomme, je suis à Montreux assez rapidement, mais qu'est-ce que ça pouïre! La civilisation, ça sent pas bon.

Il me faut ensuite ne pas me décourager, ou perdre le rythme, car il s'agit de ne pas manquer le dernier train à Vevey. Plein de trains sont supprimés, en ce moment, pour cause de travaux.
Quelque part aux environs de la Tour-de-Peilz, je renonce à suivre le bord du lac autant que possible, et ce d'autant plus qu'il se met à pleuvoir. Une pluie chaude qui ne rafraîchit même pas l'air ambiant.
La Tour est vraiment une localité interminable. Je me met à rêver de pigeon (la posture de yoga), car je commence à sentir des muscles oubliés depuis longtemps. Je suis contente d'arriver à Vevey pour y reprendre le train.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire