samedi 17 décembre 2016

Le Grammont

Le Grammont depuis le Flon, 6h pour 13 kms.

Ça c'est un truc que j'aime bien dans mon job, pouvoir observer les montagnes depuis le train le vendredi après-midi. C'est comme ça que hier, je vois que le Grammont semble déneigé à l'exception de quelques petites plaques blanches par-ci par-la.

Départ du parking du Flon de bon matin. Il fait frisquet, mais ça monte raide et je suis assez chargée, donc je peux vite enlever une couche, à ma surprise, d'ailleurs. Aujourd'hui, c'est journée test de matériel. Je me suis acheté une veste de rando par temps froid et un autre sac à dos.
Mega lourd. L'antithèse de l'ultralight à l'américaine. Il est confortable, mais je peinerai quand même à la montée, par endroits. Tout d'abord, direction Taney.



A Taney, il fait frisquet à nouveau. Une affiche annonce qu'on y offrira du vin chaud pour une fenêtre de l'Avent en fin d'après-midi.





En dessus de Taney, petite pause énergie, puis enfin nous arrivons au soleil. Par contre, les quelques tâches de neiges vues d'en bas sont toutes sur le chemin, et parfois ça glisse ! Dans un petit névé, j'aperçois une hermine, espiègle... mais elle ne veut pas poser pour la photo et n'arrête pas de courir dans tous les sens.

Après le col des Crosses, le replat fait du bien. Le chemin du tombeau des Allemands est fermé, par contre (pour plus d'informations sur l'origine de ce lieu-dit singulier: http://accesnomade.blog.lemonde.fr/2010/04/22/le-tombeau-des-allemands/, et il paraitrait aussi que des juifs ont tenté le passage de Novel en Suisse en 1942, mais le guide ne dit pas s'ils ont réussi). Je me félicite de ne pas être montée par là, bien que ce soit le chemin que proposait mon guide de randonnée. La dernière cote est raide, c'est un joli chemin de crête.





Petit sandwich de midi à l'abri du vent, où presque. Puis nous redescendons.



La descente est un peu difficile pour les genoux, mais le paysage est si beau...



Au village de Taney, nous sommes accueillis par un vin chaud et des biscuits de Noël devant un feu. C'est pile-poil ce qu'il me fallait pour me requinquer avant la dernière descente. Merci pour l'hospitalité !

1 commentaire: