jeudi 29 décembre 2016

Via Francigena 4

Penthalaz-Lausanne, 25 kms en 5h30.

Je n'ai pas de mots.

Le départ de Penthalaz au petit matin est vivifiant, et le début de la descente le long de la Venoge assez sympa. Je traverse encore le village de Vufflens-la-Ville, et descend dans la forêt jusqu'à Bussigny.



C'est là que ça se gâte. La campagne est saignée par la construction d'une route, puis d'un immense lotissement d'immeubles. Oh, je ne doute pas qu'ils seront super luxe et hors de prix, mais vraiment, je ne suis pas sûre de percevoir ce qui nous distingue des poulets en batterie, vu la manière dont nous urbanisons nos campagnes. Et la destruction que cela engendre !
Mon cœur saigne de toute cette destruction. Et vraiment, nous sommes bien pauvres d'esprit de ne pas être capables de mettre en œuvre d'autres modèles de développement...

La traversée de Bussigny, c'est pire. Au moment de retrouver la Venoge, c'est un festival de pollutions olfactive, visuelle, plastique et énergétique. Beurk !



Enfin, le bord de la rivière redevient longeable sans haut le cœur.
Puis c'est le bord du lac, toujours beau.







Puis je remonte chez moi par le chemin du renard. Pas de photo, pourtant j'hésite, il y en a qui mériteraient d'être postées sur les réseaux sociaux ou envoyées à la presse. Certains endroits de Lausanne sont immondes. C'est ignoble. Comment l'être humain peut-il avoir si peu de respect de lui même qu'il accepte de vivre dans ses propres immondices ?

2 commentaires:

  1. Beaucoup de gens se réclament de l'écologie mais ne sont pas foutus de mettre leurs déchets dans les poubelles lorsqu'ils sont à l'extérieur. Il y a du boulot pour les éduquer...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est triste. Je suis une fervente convaicue de "il faut partir en laissant un endroit plus propre qu'on l'a trouvé", mais là... :(

    RépondreSupprimer