mardi 18 avril 2017

Jour 12 : Joyeuses Pâques !

16.04.2017 : 18 miles ou 28,9 kms

Aujourd'hui n'est rien qu'une longue montée, au chaud puisque je gagne environ 700 m d'altitude.

C'est ma plus longue étape jusqu'ici. Je pars juste après l'ouverture du centre, pour profiter d'un dernier café, puis me mets en route avec les deux québécoises. Il s'avèrera bientôt que nous n'avons pas du tout votre même rythme, donc j'avance. Presque toute la journée, je suivrais les traces de Trent, le seul cavalier rencontré jusqu'ici qui fasse le Pct à cheval. Il y a un camp sur la carte après 15 miles, mais le ne me dit rien qui vaille. Je continue donc jusque chez Mike, un trail-angel.

Cet endroit est indescriptible. J'arrive au crépuscule et pose mon sac de couchage sous le porche. Une soupe, et je sombre.


Cette plage de sable fin est le pct.


De l'eau dans le désert.




J'essaie de photographier en vain des espèce de lézards dont les corps sont tout plats, et qui sont très très rapides à fuir... peut être des geckos ? Je vois aussi des espèces de salamandres.

Et puisque je parle de la faune : il y a toutes sortes de rongeurs, des lapins, des écureuils. Je ne sais pas qui s'en est pris à mon trail-mix, récemment. Mais il était trop épicé, et après avoir rongé le sachet plastique, ils ont abandonné.



Les insectes : il y a des scorpions, paraît il, mais je n'en ai jamais vu. Des scarabées, de toutes sortes, mais surtout des gros noirs. Et des espèces d'araignées rouges avec une ceinture noire. Et encore des coccinelles, des grillons et des sauterelles, des perce-oreilles, des mouches et taons ainsi que des abeilles plus tout une panoplie de moustiques, des mouches, mais aussi des dizaines de sortes de papillons, merveilleux et presque impossible à photographier. J'ai vu une libellule bleue très fine près d'un point d'eau, aujourd'hui. Et par millions : des fourmis. Des petites, des grandes, des noires, oranges, et rouges. Pas de fourmilières visibles, mais des trous dans le sentier de ci, de là. Infatigables, on les voit seules ou en processions, transportant souvent des brindilles bien plus grosses qu'elles.

Enfin les oiseaux : des merles, des robins, des bluejays et d'autres bluebirds, des petits blancs tachetés de noir, des colibris. Et des corbeaux, immenses, ainsi que des buses ou busards.

Voilà pour mon étrange inventaire...

2 commentaires:

  1. Salut!
    Merci pour tous ces billets, qui nous tiennent en haleine!
    Pas trop de piqûres d'insectes?
    Bises
    VL de Lausanne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, C'est supportable ... cela viendra plus tard, a ce que j'ai compris ;)

      Supprimer