samedi 22 avril 2017

Jour 17 : Fuller Ridge

21.04.2017 — 7.15 miles ou 11.5 kms

Nous avons campé à 2500 mètres. Je me réveille avec un léger mal de tête : l'altitude ?

Mise en route difficile pour Yeppee qui s'est persuadée que nous avons tout notre temps... En fait, nous avons 3 miles difficiles devant nous. Avec de la neige et des arbres abattus. Je m'offre mon premier postholing, comme on dit ici pour le fait de s'enfoncer dans la neige quand elle cède...
Puis c'est bientôt notre première traversée de rivière un peu périlleuse.



Bon, on repart, et nous arrivons au premier passage de la crête à midi. Petit repas : une tortilla cenovis et thon, c'est pas terrible, mais c'est le mieux que je puisse faire en ce moment.



Je prête d'abord un micro-crampon à Yippee, mais il est bientôt clair qu'elle a besoin des deux. Je suis vraiment contente d'avoir changé de souliers et d'avoir pris ceux avec un meilleur profil. Sinon une de nos deux ne passait pas. On revient sur la partie ensoleillée de la crête ou un mile d'abord en descente puis en montée. On est dans un four. Puis vient Fuller Ridge à proprement parler.

C'est à dire de la neige, soit verglacée, soit en train de fondre et toute molle dans laquelle on s'enfonce et on glisse. Je précède, et je suis des traces la plupart du temps, mais la navigation n'est pas toujours aisée.




C'est le désert là en-bas. Avec d'immenses fermes d'éoliennes et de panneaux solaires.

Quand nous arrivons au Trailhead, Yeppee est lessivée. J'aimerai bien aller un peu plus loin, car sinon la journée de demain va être monstrueuse, mais comme elle a très mal à sa cheville, je n'insiste pas trop. Nous allons donc camper là. J'ai hâte de faire de plus longues journées, mais il est évident qu'il était plus sûr de faire ça à deux.

Et nous sommes toutes deux contentes de ne pas nous être laissé dicter notre conduite par la peur et d'avoir osé prendre le Pct plutôt que l'alternative.

1 commentaire:

  1. Incroyable comme les paysages changent vite, de la neige et juste après le désert... sinon, une Fajita thon-cenovis... mon dieu :D

    RépondreSupprimer