mercredi 12 avril 2017

Jour 7 : Nero à Julian

11.4.2017 - 3 miles ou 5 kms

Je lève le camp au point du jour et arrive à Scissors Crossing peu après. J'ai un moment d'hésitation : camping avec piscine direction sud ou Julian avec gâteau gratuit direction ouest. Un voiture s'arrête qui va à Julian, la décision est prise. C'est un charmant coupe de retraités, qui ne veulent rien accepter pour l'essence, mais qui me tendent une carte qui m'invite à faire une fonction à une communauté ou une église, je crois, j'ai perdu la carte.

A Julian, je me dirige vers Mom's Pie pour mon gâteau gratuit. J'y suis presque seule, cela me donne du temps pour étudier les cartes de ces prochains jours.





Ensuite, je vais faire mon ravitaillement, puis me redirige vers la sortie de la ville pour y faire du stop direction le camping.
Ça n'a pas l'air d'être la bonne heure, un couple de hikers attend depuis 3/4 h. Je m'installe sur l'endroit que mon conseillé les retraités, et là me rejoint un jeune néerlandais complètement déjanté. Sans gêne, il se dandine dans l'espoir d'obtenir un ride. Ne voudrait-il pas aussi faire un strip-tease ? Nous sommes juste en face d'une école élémentaire et nombre de voitures sont pleines de mamans et d'enfants. Voilà qui serait bien malin !

Je laisse cet importun, qui se plus s'est vanté d'avoir soupé, bu, dormi, petit déjeuné et fait la lessive gratuitement chez Carmen, un restau de la place. Il y a beau y avoir des endroits très hiker-friendly, là il me semble que ce jeune homme est un bel opportuniste. Or on entend quand même souvent que des trail angels, lassés de faire les frais de certains comportements, ferment leurs portes.

Je vais donc chez Carmen manger un délicieux hachis parmentier. Lorsque d'autres hikers arrivent, je me vois offrir une bière et la possibilité de faire ma lessive. Et hop, ni une ni deux, j'enfile mon pantalon de pluie et tout ce que j'ai porté dans la semaine, c'est à dire la quasi totalité de mes vêtements, y passe. Puis après avoir fait de l'eau, et étant donné qu'il paraît que le lodge est plein, je me rédirige vers la sortie de la ville.

Je n'ai pas encore atteint le carrefour qu'un retraité s'arrête pour me proposer de m'amener au trail. Il me demande compensation, mais vu qu'il y a quand même 25 bornes et que je lui demande d'aller jusqu'au camping, j'accepte. La leçon du jour, c'est que ma chance légendaire pour faire du stop fonctionne mieux quand je suis seule.

Ce monsieur parle parfaitement l'allemand, car dès que je dis que je suis Suisse, on me parle en allemand, semble-t-il, et me raconte avec force détails l'histoire locale, les pionniers, les chercheurs d'or et de grenats. Il me montre aussi avec fierté les panneaux portant son nom le long des 22 miles de route que lui et sa famille ont adoptés. Il a 14 petits enfants dans la région, me dit-il et il nous faut faire le détour par devant chez lui pour que je puisse admirer les fleurs que son épouse fait pousser devant leur trailer. Car ils habitent un camp de camping-cars et tous leurs voisins sont également des retraités.

Sur le chemin du Stagecoach RV Park ou je me rends, nous embarquons encore 2 hikers. La voiture est pleine comme un œuf.

Cette nuit, je m'offre un cabane. Cela me fera du bien de dormir dans un lit, de pouvoir exploser mon sac à dos pour le réarranger. L'eau de la piscine est glacée, mais qu'est ce que ça fait du bien d'y plonger mes pieds endoloris.



Il y a une mention étrange sur le contrat de location. Le locataire doit comprendre qu'il y a des dangers inhérents à l'utilisation des infrastructures ici, dont... des serpents à sonnettes !

5 commentaires:

  1. Ici aussi des serpents à sonnettes... mais ils sont très méchants. Groumpf.

    RépondreSupprimer
  2. C'est juste passionnant;)
    VL de Lausanne

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Diane, à la recherche de renseignements sur le PCT, j'ai trouvé votre blog via Trackleaders. Je vous souhaite bonne chance et c'est avec plaisir que je lirai vos prochains comptes-rendus. Pour ma part, je pense me lancer en 2018 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nicolas, merci de me suivre dans mes peregrinations...
      il y a une anne moi aussi je commencais a lire des blogs...a mon avis, tout vaut la peine dans cette aventure: lancez-vous !

      Supprimer