jeudi 4 mai 2017

Jour 28 : Cajon Pass

02.05.2017 - 11,5 miles ou 18,5 kms

Réveil de bon matin par les klaxon des trains qu'on entend de loin, car je ne suis plus très loin de Cajon Pass, fin de la section C, et nœud stratégique niveau transports. L'idée est de foncer jusqu'à l'autoroute et de s'y faire un bon petit Mc Do, juste parce que c'est un endroit emblématique du trail.

Sauf que foncer, c'est très théorique. Dès 7h00 du mat, il fait une chaleur démentielle, et bien sûr, ça commence par une montée au soleil ! Les quelques miles qui paraissaient n'être rien du tout hier deviennent interminables. Heureusement, le décor change sans cesse !




Un baby lizzard !


Au bord du monde...


Trains et autoroute dans le lointain...

Puis un petit canyon tout chou, puis...


La terre promise !

Quand j'arrive, il n'y a que Chosky, à côté de qui j'ai campé la nuit passée. Puis au compte goutte, tous les hikers l'air plus ou moins exténués. Maintenant que nous avons du WiFi, nous regardons la question de l'eau... et c'est pas bon. Sans compter le dénivelé démentiel de c'est prochains jours.
Les uns se précipitent au Best Western d'à côté, d'autres s'organisent un transport jusqu'à la prochaine ville pour sauter des miles et de faire un jacuzzi. Certains conjecturent sur la montée de demain et veulent partir de nuit.





Quand à moi, je suis coincée là pour l'éternité que dire le chargement de mon téléphone. Mais ça ne me déplais pas d'attendre que le plus chaud de la journée passe. J'aime temps de m'envoyer deux petits déjeuners, un shake chocolat (une tuerie), un burger personnalisé, et une montagne de refills de Dr Pepper.

Pour finir, je me met en route avec 5 litres d'eau, ce qui est le maximum de ma capacité de portage actuelle. Pas de but particulier, si ce n'est de m'extraire des pensées défaitistes de ceux qui sont trop fatigués. Car l'usure commence à se faire sentir de différentes façons chez certains.



Après être passée sous l'autoroute, plus sous la voie ferrée, puis au dessus d'une autre, me voilà à nouveau seule sur le bord d'une crête de canyon, avec soit une chaleur infernale, soit un vent rafraîchissant, mais si fort qu'on s'accroche à son sac... Les 5 litres d'eau se font sentir, et par moment je les regrette, d'autant que certains murmurent qu'il y aurait une cache dans 6 miles. Je fais les 6 miles, la cache est là, mais presque vide. En m'éloignant de quelques dizaines de mètres, j'ai un endroit idyllique pour monter mon camp.

1 commentaire:

  1. The lizard is a Horned Lizard. Can not be more specific, but that is one of my favorite critters.

    RépondreSupprimer