samedi 12 août 2017

Jour 129 : Dicks pass

11.08.2017 : 9 miles ou 14,5 kms

Grasse mat ! Ça fait du bien... Je ne sais pas si c'est mon organisme qui vient de prendre acte du décalage horaire, ou je ne sais quoi encore, impossible de se lever au point du jour aujourd'hui...



C'est d'ailleurs si beau que je suis tentée de faire un zéro ici, juste pour le plaisir d'être dans ce bel endroit. Mais même si c'est superbe, je finis par me bouger, me rappelant que d'ici quelques heures, avec tout ce granit, ce sera une vraie fournaise.


Que d'eau...

Direction Dicks Pass aujourd'hui, à environ 2800 mètres. J'y vais tranquillement le sol sablonneux est agréable sous les pieds. Il reste quelques plaques de neige éparses, mais ça n'a vraiment plus grand chose à voir avec ce que c'était il y a deux mois. Je ne dois sortir le téléphone pour naviguer qu'une seule fois.


Le panorama depuis en haut est juste magnifique...

Part contre, la descente, c'est autre chose : de la caillasse casse-cheville et attisant la fournaise. Je me rappelle soudain pourquoi je n'aime pas randonner en août dans les Alpes. Je me demande ce que je fiche sur ce Pct, et je me prend même (ceux qui me connaissent, s'il vous plaît, asseyez-vous, je ne voudrais pas que vous vous fassiez mal en tombant à la renverse en lisant ce qui va suivre) à regretter de ne pas avoir écouté mon médecin qui ne voulait pas que je remette un pied sur le trail avant début septembre.

Heureusement, je me fait une méga-pause les pieds dans les eaux de Gilmore Lake.


Gilmore lake, difficile d'y résister...

Ça aide pour la douleur, mais pas pour l'énergie, et je continue à me traîner dans la descente, malgré la beauté incroyable des paysages. Que de lacs !

Je jette l'éponge près de Heather Lake, après à peine 9 miles. Mais tant pis. Puis après un bon repas... eureka ! Cette faiblesse, ça pourrait bien être la faim du hiker qui revient, sauf que cette fois mon corps semble avoir compris plus vite de quoi il retourne ! Je me promets d'augmenter les protéines (et les sucres, hurle mon organisme) au prochain ravitaillement. Celui-ci en manquait quelque peu, et mon estomac ne veut plus entendre parler de trail-mix. Heureusement que c'est pour demain !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire