mercredi 16 août 2017

Jour 132 : Mokelumne wilderness

14.08.2017 : 15,7 miles ou 25,25 kms

Il souffle un vent inhabituel toute la nuit, et quand je monte en direction du *téton* le ciel est gris. Je garde longtemps une couche un peu chaude en marchant, ce qui n'arrive pas souvent. Le téton y ressemble peut-être en venant depuis le sud, mais de mon point de vue, c'est un roc à double pointe et il souffle suffisamment sur la crête pour que je sois contente que le vent souffle direction montagne.

Les nuages sont extraordinaires.









Un northbounder me dit avoir vu des ours ces deux derniers jours, mais je n'ai pas cette chance. J'aperçois l'équivalent local du chamois, des biches et toujours des douzaines d'espèces d'oiseaux, et parfois je regrette de ne pas avoir de quoi identifier la faune et la flore locales. Mais de toute façon, l'appareil photo de mon téléphone ne me permet pas de faire des clichés suffisamment bons pour qui je puisse m'y intéresser plus tard, et certaines espèces semblent timides. On peut les observer longtemps à l'œil nu, mais dès qu'on sort l'objectif, elles se carapatent.



En début d'après-midi, j'entre dans Mokelumne wilderness. Là, c'est la géologie qui devient exceptionnelle.


Des couches de terres et de sables de toutes les couleurs se succèdent.

À nouveau, la géologie et le terrain accidenté ne favorisent pas l'établissement du camp. Je me traîne jusqu'à une crête boisée où je trouve un terrain adapté. Visiblement, je ne suis pas là seule à avoir employé cet endroit. Il y a des restes de repas. Végétarien. Ours, rongeurs ?

1 commentaire:

  1. Sur la dernière photo de nuages...il y a une soucoupe volante. 😊

    RépondreSupprimer