mercredi 23 août 2017

Jour 137 : Carrément glaciale !

19.08.2017 : 10,3 miles ou 16,6 kms


Petit matin...

Ah, la joie d'enfiler des chaussettes froides et mouillées dans des souliers froids et mouillés ! Mes pieds ont peu apprécié les bains forcés d'hier, et je me promet d'être plus précautionneuse aujourd'hui. Mais à peine arrivée au premier minuscule ruisseau, je pose le pied sur un caillou instable et plouf, un premier bain de pied glacé !


Peu après, c'est la première vraie traversée de rivière depuis que je suis revenue sur le Pct. Peu profonde, pas super large, mais un peu de courant et surtout très très froide ! C'est bien pire que dans mes souvenirs... À mi-chemin, je sens tout le sang refluer vers les organes vitaux et pour un peu me sentirai presque mal. Je me fait une note mentale de me presser un peu plus dans le futur.

Je reprends le chemin. Aujourd'hui, j'ai des super dénivelés qui m'attendent ! Sauf qu'après le première montée, là où je veux prendre un peu d'eau (je n'en porte presque plus, il y en a tellement partout !) je tombe sur quelqu'un qui a l'air de profiter du moment présent allongé au soleil. C'est Hundred Pounds. J'avais déjà entendu parler de lui, mais ne l'avais jamais rencontré. HP doit son nom à son sac énorme qui fait au minimum 100 livres / 45 kilos. En ce moment, il est plutôt autour des 150. Il se prépare à faire un triple crown calendaire en 2019, et se veut apte à porter beaucoup de poids. Un triple crown, c'est l'Appalachian Trail, le Pct et le Continental Divide, et pour les faire les trois dans la même année calendaire, il faut en général faire tout l'AT durant l'hiver. Brrr !

Ce type est passionnant, et nous passons une heure, deux heures, trois heures à discuter de tout, du bruit des villes à la conversion des mesures et jusqu'à "comment on fait pour changer un système de l'intérieur" sujet de thèse d'Hillary Clinton il y a fort longtemps. Si je retrouve son compte insta, je mettrais le lien quelque part. Il aura un blog en 2019.

Après ça, difficile de se remettre en chemin, mais au moins mes chaussettes et mes souliers sont bien secs et chauds, maintenant, c'est nettement plus agréable.

Une montée et une descente, cela tonne au loin, il pleut quelques gouttes.


Un trail tout joli... et des nuages tout pas beaux...


Seconde traversée de rivière, une biche m'observe depuis l'autre côté. Puis j'aperçois deux biches avec leurs faons. L'un d'eux se prend une taloche pour n'être pas assez pressé de me fuir. Pas toujours tendre, l'éducation chez les animaux ! Une dernière montée, raide, une dernière descente, raide, la traversée de Rancheria Creek qui peut parfois être dangereuse mais se passe sans encombre pour moi, et je monte le camp.

Ce soir, j'ai droit aux pialliements des écureuils, aux chants de multiples oiseaux, et à une harde comprenant un jeune cerf qui broute autour du camp.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire