vendredi 25 août 2017

Jour 140 : To Tuolumne Meadows

22.08.2017 : 12,6 miles ou 20,3 kms

Difficile de décrire la motivation qui vient de la perspective de passer la nuit dans un vrai lit, ou si pas possible, au moins en étant lavée et ses habits aussi. D'autant plus que comme j'avais prévu 5 jours de nourriture, plus un de réserve, et que j'ai mis 6 jours, les vivres sont au plus bas. Ce qui est bien, ça signifie que je m'améliore pour estimer mes besoins. Je fonce donc en direction de Tuolumne Meadows, ce qui est d'autant plus facile que c'est pour ainsi dire plat.


Un pont...


S'il était a moins de dix mètres de ses fondations, ça serait encore mieux !

À mi-chemin environ, c'est Glen Aulin, une destination de randonnée d'un jour assez prisée. C'est que les superbes chutes de Tuolumne sont visibles non loin.





Au fur et à mesure que je me rapproche, je croise toutes sortes de groupes, y compris des ados découragés qui me demandent "c'est encore loin ?" Je manque de leur répondre, "le Canada ? Oh, c'est juste encore 1700 miles" mais m'abstiens, ne soyons pas vache.

Je dépasse encore quelques touristes fascinés par les biches et les marmottes, propulsée par l'appel impérieux du hamburger. Il y a des kilomètres et des kilomètres de voitures parquées là.

Puis j'arrive au camping / centre des visiteurs / office de poste / magasin / restaurant. J'ai le temps de manger mon hamburger, avec salade. C'est plutôt bon signe niveau nutrition, que j'aie envie de salade et pas de frites. Puis il se met à pleuvoir. En tendant l'oreille, j'apprends que toute cette pluie est bel et bien utile pour aider à éteindre les feux de forêt. Il y avait donc bien des foyers proches. Au moment où ça se gâte vraiment, avec grêlons et éclairs, mon bus arrive. Je dois faire un petit effort sur moi-même pour demander à sortir à Lee Vining, plutôt que de continuer jusqu'à Mammoth Lakes, ce qui me ferait encore louper des miles. Tentant, mais non. Maintenant que je commence à m'y faire, à ce trail, je vais tenter d'y rester.

À Lee Vining, je me trouve facilement une chambre de motel à un prix raisonnable, ce qui n'était pas gagné d'avance d'après les informations dont je disposais.


Nuages sur Mono Lake.

Une douche, une lessive dans le laundromat le plus pourri mais le moins cher jusqu'ici, le ravitaillement, tout ça est fait en un tour de main, et c'est de nouveau l'heure du repas... et de dormir dans un lit !

Une fois encore, le chemin a pourvu à la perfection ! Cool !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire