samedi 26 août 2017

Jour 142 : Deux cols

24.08.2017 : 13,9 miles ou 22,3 kms

Je me réveille toute motivée à partir tôt et à avaler des miles aujourd'hui. Il y a deux raisons à cela. La première est que je vais me fais deux cols aujourd'hui, ce qui est quand même plus motivant que des kilomètres de montées et descentes dans la forêt avec rien à voir comme ces derniers jours. La seconde est que si je ne lambine pas trop, je peux espérer d'être demain midi à Red's Meadows, un lieu de villégiature qui a un restaurant, douche, lessive et lieu de camp pour hiker, avec pour couronner le tout, des sources chaudes non loin. Étant donné que je n'ai pas osé me baigner dans celles de Deep Creek, réputées pour leur qualité bactériologique franchement dégoutante, j'espère pouvoir pourquoi pas tester celles-ci. Mais déjà faut-il y aller.

Le bonus, c'est qu'à peine sortie de la forêt, ça commence enfin à ressembler à de vraies montagnes. Ouf !



La montée jusqu'à Donahue Pass est rapide, et vu qu'il est très tôt, je peux encore passer le gué sans me mouiller les pieds. Les quelques campeurs qui s'étaient installés là sont en train de plier ou de faire sécher leurs affaires. Pour ceux qui voulaient des trucs utiles : s'abstenir de camper dans un milieu humide, si on peut, c'en est un qui vaut son pesant de condensation !


Lac en haut du col...


... et cirque avec portrait du jeune Illidan...



Descente jusqu'à une prairie, puis montée jusqu'à Island Pass. En haut du col, un avion de l'armée de l'air passe si près qu'il pourrait presque décoiffer les quelques hikers médusés se trouvant là à cet instant.

La descente sur le lac des mille îles est superbe, mais qui dit descente doit aussi chaleur accablante.


Thousand Islands Lake

J'ai donc un peu plus de peine à avancer durant l'après-midi. Comme chaque jour vers quatre-cinq heures, il se met à tomber quelques gouttes, sans dommage. Les nuages sur les hauteurs lointaines sont incroyables. Je monte le camp sur un surplomb d'où j'ai une vue magnifique.





Aujourd'hui, toute ma journée a été accompagnée des chants des oiseaux. Leur variété ne cesse de m'émerveiller. Et je m'endors à la lueur d'un magnifique alpenglow (désolée, je ne connais pas le terme français, s'il existe). Ça commence enfin à ressembler à des montagnes, tout ça ! Ça fait du bien !

2 commentaires:

  1. Je confirme.Les photos sont belles. C'est un plaisir de te suivre. Bisous

    RépondreSupprimer