mardi 5 septembre 2017

Jour 147 : Selden Pass

29.08.2017 : 14 miles ou 22,5 kms

Départ au point du jour, je suis motivée à avaler des miles et à faire ce col tôt dans la journée. Sauf qu'il y a d'abord une, puis deux, puis trois passages de rivière. Pas grave, mais on perd du temps à chaque fois. Puis je rattrape des randonneuses croisées à VVR. Et nous rencontrons une thru-hikeuse qui vient dans l'autre sens. Malheureusement pour moi, ou pour elle, elle me rappelle furieusement une hikeuse dont j'ai vu l'avis de disparition. J'engage donc la conversation. Et là, difficile de décoller. Elle veut absolument m'apprendre à faire des bracelets en ficelle de chanvre. Ahhh ! Ai-je une tête à apprendre le macramé, aussi ? Et honnêtement, elle sent le chacal... Je me prends à espérer que ce n'est pas mon cas.

Quand j'arrive enfin à m'en défaire, il est près de midi, et il se met à pleuvoir. Bien sûr, quand je me décide enfin à mettre mon imper, ça s'arrête. Je croise un type qui me dit que pour une Pctiste, j'ai l'air rudement propre. Je peux donc espérer ne pas trop puer ! Bon, je sais qu'il y a une sous-culture hiker-trash, mais je ne crois pas en faire partie... que je sache. Je n'ai pas encore pu me résoudre à dormir dans des toilettes publiques et quand mes vêtements sont vraiment trop troués, j'en change.

Puis direction le col, enfin.


Lake Marie, juste avant le col...


Jolis cailloux au col...


Puis on va redescendre vers d'autres lacs.

Heureusement, la descente n'est pas casse-pattes. Je me retrouve donc rapidement à Senger Creek, où j'avais envisagé de camper dans l'idée de raider la hiker-box de Muir Trail Ranch tôt demain. Mais c'est plein de monde et j'ai l'impression de ne pas avoir avancé. Et je suis maintenant à moins de 100 miles de Crabtree Meadow, et moins de 25 miles de Muir pass. Je compte ma nourriture et décide de bypasser Muir Trail Ranch. Tant pis pour la bouffe.

Quelques miles plus loin, seule sur le Pct, je me trouve un éperon surplombant la vallée et décide d'y monter le camp. Puis je réalise que je n'ai pas encore dormi à la belle, depuis mon retour sur le chemin. Mais ici, c'est la journée qu'il pleut. Ce soir, ce sera sans tente, donc.


Derniers rayons sur mon voisin de chambre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire